LA TOXICITÉ D’UN AMALGAME DENTAIRE

Depuis 1926 et les travaux d’Alfred Stock, les amalgames sont régulièrement mis en cause, notamment en raison du mercure qu’ils contiennent. Certaines études toxicologiques estiment que le contact permanent avec la dent, la gencive ou la salive dans un milieu parfois acide, et anaérobie (sous l’amalgame) peut – au moins pour certains patients – poser problème et générer des problèmes de santé. Le mercure est en effet un métal volatil à température ambiante, mais aussi un métal très réactif dans les organismes vivants, plus ou moins selon différents facteurs (température, acidité, forme chimique, absence ou présence d’oxygène, méthylation, etc.). Il peut se lier aux molécules organiques constituant la cellule vivante (acides nucléiques, protéines…) et modifier leur structure ou inhiber leurs activités biologiques, même à très faible dose. La toxicité du mercure est bien connue, et les mécanismes biochimiques par lesquels le mercure interagit dans le corps humain sont largement démontrés par la littérature.

UN SUJET CONTROVERSÉ

La toxicité des amalgames est controversée. Si personne ne conteste plus le fait que les amalgames relarguent du mercure dans la bouche des porteurs d’amalgames, la controverse actuelle sur l’innocuité des amalgames porte essentiellement sur la question de la dose minimum pouvant entraîner un effet négatif sur la santé. La polémique concernant la toxicité du mercure contenue dans l’amalgame est ancienne et ne fait que s’intensifier, il est incriminé dans l’apparition de plusieurs maladies générales. En 2011 un dossier paru dans Le courrier du Dentiste, basé sur quelques études n’ayant pas révélé un risque réel pour la santé des patients, conclut à l’innocuité de l’amalgame et à la non justification de l’interdiction de son emploi ou de sa dépose. Les opposants à l’utilisation du mercure dans les amalgames dentaires soupçonnent la profession dentaire de privilégier ce matériau par conservatisme et pour son faible coût. Les dentistes mettent en avant une plus grande stabilité et une meilleure protection contre les caries. Le mercure est interdit dans les amalgames dentaires en Arménie, au Danemark, en Géorgie, en Norvège, en Suède et en Suisse.

LE RELARGAGE DU MERCURE

Au début des années 1980, plusieurs laboratoires ont montré que de la vapeur de mercure (Hg) est continuellement libérée par les amalgames. Ce taux de relargage est nettement augmenté immédiatement après brossage des dents ou mastication (taux de relargage multiplié par 15). Le mercure relargué par les amalgames peut être très variable d’un individu à un autre et être aggravé en cas de bruxisme ou de consommation de chewing-gum, notamment les anciens fumeurs utilisant des pâtes à mâcher à la nicotine. Les niveaux de mercure dans l’air et le sang sont corrélés à la surface et au nombre d’amalgames des molaires. Un amalgame avec une surface de 0,4 cm2 libère 15 µg Hg/jour par usure mécanique, évaporation et dilution dans la salive. Un autre facteur aggravant le relargage de mercure est la présence de métaux différents en bouche, créant un phénomène d’électrogalvanisme : amalgames, couronnes, dent en or par exemple, mais certaines études ont également mis en évidence ce phénomène entre anciens amalgames et amalgames récemment posés. Il conviendrait de limiter le polymétallisme, y compris avec les implants en titane, ce dernier réagissant aussi avec les amalgames au mercure. Enfin, si l’amalgame n’a pas été poli, sa surface de contact avec la salive est alors beaucoup plus importante (jusqu’à un facteur 100), augmentant la libération de mercure.

Concernant la valeur moyenne absorbée, différentes études ont établi une fourchette allant de 2 à 27 µg/jour, certains individus pouvant présenter des valeurs supérieures à 100 µg/jour. L’OMS retient une fourchette de 3 à 17 µg/jour et une valeur moyenne de 10µg/jour. Il semble donc aujourd’hui admis que les amalgames dentaires soient la première cause d’absorption de mercure, devant le poisson et les produits de la mer (2,3 µg/jour) ou l’eau (0,3 µg /jour) bien que les formes de mercure soient différentes. D’après une étude, les deux tiers du mercure éliminé par les urines viennent des amalgames dentaires et la quantité éliminée est corrélée à la surface totale des amalgames. Le mercure dans les urines, le sang et les selles diminue quand les amalgames sont enlevés. Le plus important relargage de vapeurs de mercure a lieu lors de la mise en place ou de la dépose des amalgames. Ces opérations sont toutefois au xxie siècle plus sécurisées (aspiration des vapeurs, conservation sécurisée des déchets). La dégradation des plombages ne libère pas de mercure organique (forme la plus toxique du mercure) mais il peut arriver qu’un morceau d’amalgame se détache et soit avalé, et qu’exceptionnellement il soit bloqué dans l’appendice, avec risque de production (faible mais chronique) de méthyl-mercure toxique et bioaccumulable.

En septembre 2016, une équipe internationale de chercheurs publie une étude réalisée à l’aide de l’European Synchrotron Radiation Facility montrant que l’on peut distinguer dans un cheveu humain la contamination par du mercure provenant du retrait sans précautions d’un amalgame dentaire et celle provenant de la consommation de poisson. Selon le type de contamination, la liaison du mercure avec les protéines du cheveu est différente. L’expérience permet en outre de déterminer avec une grande précision la date du retrait de l’amalgame.

ACCUMULATION DU MERCURE DANS LE CORPS ET TAUX SANGUINS

Différentes études menées par traçage de mercure radioactif sur le mouton, le singe ou l’homme (autopsies) ont mis en évidence l’accumulation du mercure issu des amalgames dentaires, notamment dans les reins, le cerveau, le système gastro-intestinal, le foie ou les tissus de la mâchoire. La première étude sur le mouton a été contestée pour plusieurs points : placement des amalgames en vis-à-vis, mercure éventuellement avalé lors du placement des amalgames (absence de digue dentaire en latex)… Les études menées ensuite sur le singe ont cependant mené à la même conclusion. Les études menées sur le mouton ont également montré que le niveau sanguin de mercure reste bas, car le mercure est rapidement retenu par les tissus, ce qui indique que le taux sanguin de mercure n’est pas un indicateur fiable d’intoxication ou de la charge corporelle totale en mercure. Selon ces auteurs, un test de « mobilisation » à l’aide d’un chélateur devrait en effet être utilisé

Did you like this? Share it!

0 comments on “LA TOXICITÉ D’UN AMALGAME DENTAIRE

Comments are closed.